Fracture numérique.

Ici : l’absence d’investissements substantiels accroît la fracture entre les élèves des établissements de centre-ville (tous dotés à la maison d’ordinateurs dernière génération) et les enfants des classes populaires moins bien dotés… La paralysie des systèmes informatiques à l’intérieur des établissements en raison d’une gestion poussive et bureaucratique n’arrange rien. Tuer toute initiative dans l’oeuf semble être le mot d’ordre de l’administration de l’éducation nationale, contrairement à ce qu’affirmait un récent numéro du Monde 2…

 ordinateur.jpg

Ailleurs selon Le Monde, cette fracture pourrait être réduite par un projet ambitieux : « L’ordinateur vert et blanc, le XO beta-3, est le dernier prototype d’une machine longuement étudiée, capable selon Negroponte de réduire la « fracture digitale » qui sépare les pays riches des pays pauvres. Le portable est résistant, étanche, il peut être alimenté par l’énergie solaire, par une pompe à pied ou bien par une simple corde à tirer pour générer le courant nécessaire. Son écran permet de rendre l’affichage visible même en plein soleil pour qu’il puisse être utilisé en extérieur. Il comprend un navigateur Internet, un outil de dessin, un éditeur de texte, quelques jeux. »

Le correspondant de The economist à Nairobi dresse quant à lui un bilan en demi teinte de la situation en Afrique : «  4 % seulement des Africains ont accès à Internet. Le prix qu’ils paient pour ce service est parmi les plus élevés du monde (250 à 300$ par mois pour une connexion plus lente que dans le reste du monde… Le E-commerce n’existe pratiquement pas et un pays comme le Nigeria (140 millions d’habitants) n’a que quelques centaines de sites professionnels… L’Afrique subsaharienne ne pèse pas plus que l’Irlande. Des pays comme le Soudan et le Congo n’ont aucune connexion à Internet. En Ouganda, une enquête de Microsoft a montré que seules 200 personnes utilisaient régulièrement une boîte mail.

En Afrique de l’ouest, la situation est un peu meilleure, car on a ici accès à un gros câble sous-marin (et pas seulement à des connexions via satellites). Un câble similaire est en cours d’installation dans l’océan Indien, mais il n’est pas encore opérationnel.

Les utilisateurs doivent aussi compter avec des systèmes obsolètes, les pannes d’électricité et la pauvreté en contenus locaux. Des interfaces sont maintenant disponibles dans un certain nombre de langues africaines, mais cela ne dispense pas d’un certain niveau d’éducation. Quant aux contenus multimédias, ils sont inaccessibles en raison de la lenteur du réseau.

The Economist ajoute bien sûr que l’existence de monopoles d’État est un obstacle… mais l’initiative privée a heureusement contourné cet obstacle et 25 Milliards ont été investis au cours des 10 dernières années dans le secteur. L’ONU se fixe comme objectif de diviser par trois le coût de l’accès à internet d’ici 2012. À cette date, ministères, écoles, hôpitaux devraient tous être connectés (si ces prévisons s’avèrent aussi optimistes que celles des objectifs du millénaire, cela promet…)

À cette date le bâtiment IF sera-t-il enfin connecté au réseau ??? SUSPENS… Le rapport onusien n’en dit mot, car bien sûr le problème est supposé résolu dans les pays développés…
 

Publicités

Site histoire-géographie: Mode d’emploi.

Pour accéder aux fiches des cours et aux documents mis en ligne, cliquez sur la page correspondant à votre classe.
Pour retrouver des informations sur un thème, consultez la page Archives ou le nuage de tags.

Entrez votre adresse e-mail pour souscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par email.

Rejoignez 13 autres abonnés

Archives

Catégories

Publicités

%d blogueurs aiment cette page :