Damien Hirst, Forgive Me Father for I Have Sinned, Pardonnez-moi, Seigneur, parce que j’ai péché, 2006

Le triptype Forgive Me Father for I Have Sinned (2006) – un agglomérat de mouches collées sur la toile – est une figure religieuse pervertie.
« Dieu est mort », et il ne demeure que ce que nous montre Damien Hirst : le corps périssable, livré aux larves sans espérance de résurrection !

Exposition Traces du sâcré (7 mai-11 août 2008 au Centre Georges Pompidou, Paris).

Publicités

Site histoire-géographie: Mode d’emploi.

Pour accéder aux fiches des cours et aux documents mis en ligne, cliquez sur la page correspondant à votre classe.
Pour retrouver des informations sur un thème, consultez la page Archives ou le nuage de tags.

Entrez votre adresse e-mail pour souscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par email.

Rejoignez 13 autres abonnés

Archives

Catégories


%d blogueurs aiment cette page :