L'homme de l'année: John Maynard Keynes.

Dans leurs rêves les plus fous, ils n’auraient jamais cru cela possible. George Bush, leur antihéros américain, tentant d’injecter des centaines de milliards d’argent public… Les gouvernements européens nationalisant des institutions bancaires… Nicolas Sarkozy, qu’ils croyaient acquis aux apôtres du laisser-faire, assénant : "L’idée que les marchés ont toujours raison est une idée folle." Comme cela sonne doux à leurs oreilles ! Si l’économie mondiale n’était en crise, ils en bondiraient de joie, les keynésiens. La revanche de Keynes (Le Monde du 1° octobre, disponible au CDI).

La cause première, quoique lointaine, de la crise financière et économique que nous vivons est idéologique : à la fin des années 1970, l’idéologie libérale, longtemps discréditée et marginalisée après la Grande Dépression des années 1930, a fait un retour en force. Milton Friedman, Friedrich Hayek ont évincé Keynes et sa descendance dans la pensée économique dominante. La critique de la faillite de l’Etat et de sa bureaucratie l’a emporté sur la critique des carences du marché. Dans sa forme moderne, le néolibéralisme repose sur deux postulats : le premier affirme que le libre jeu des marchés permet la meilleure allocation des ressources et la croissance optimale de l’économie. Le second, que les marchés sont doués de capacités autorégulatrices qui rendent l’intervention de la puissance publique dans la vie économique, non seulement inutile, mais encore nuisible.

C’est au nom de ces croyances que les néolibéraux ont prêché depuis trente ans le retrait de l’Etat de la vie économique et sociale, son repli sur ses fonctions régaliennes de maintien de la sécurité intérieure et extérieure. C’est en son nom qu’ils ont prôné la privatisation des services publics et l’extension des rapports marchands au maximum de secteurs d’activité…

…Ceux-là vont enfin sans doute baisser d’un ton : trente années de déréglementations, libéralisations, dérégulations, sous la houlette des Etats-Unis et des grandes multinationales, débouchent aujourd’hui sur la crise économique la plus grave que le capitalisme ait connue depuis 1929. Tsunami financier (Le Monde du 1° octobre 2008 disponible au CDI).

 

Publicités

Site histoire-géographie: Mode d’emploi.

Pour accéder aux fiches des cours et aux documents mis en ligne, cliquez sur la page correspondant à votre classe.
Pour retrouver des informations sur un thème, consultez la page Archives ou le nuage de tags.

Entrez votre adresse e-mail pour souscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par email.

Rejoignez 13 autres abonnés

Archives

Catégories


%d blogueurs aiment cette page :