DES NOUVELLES DE LA CRISE GLOBALE…

 

caricature parue sur le site rue 89 . 30/10/08
caricature parue sur le site rue 89 . 30/10/08

  

    La crise financière n’en finit pas de produire des chiffres à donner le vertige à un charpentier aguerri. Comme vous l’avez vu sur le site, la baisse des cours de la bourse a fait disparaître (même pas en fumée…) 250 000 milliards de dollars soit  comme le souligne le journal Le Monde  2,5 fois le PIB des Etats Unis. Même la Chine que l’on disait à l’abri commence à donner des signes de fragilités et annonce une baisse de sa croissance et ses premières faillites (Smart Union, fournisseur des grandes marques de jouets étasuniens). Même le pétrole dont on annonçait un cours du baril à 200 dollars est tombé à 60 dollars. 

     Si tout ceci vous paraît bien abstrait, il est des personnes qui en ressentent directement les conséquences : à la City de Londres, jusqu’alors si florissante et où il était facile de faire fortune, la morosité est désormais de mise. On y  prévoit 62 000 suppressions de postes d’ici fin 2009 et chaque jour 85 banquiers y perdent leur travail. Fini donc les Ferrari, les fastes quotidiens (traiteurs de luxe, masseurs au bureau, embauche de promeneurs de chiens et champagne à flot…) ! Les fortunes de certains traders, souvent composées d’actions et autres produits financiers, se sont écroulées aussi vite qu’elles s’étaient constituées. 

     Je vous vois d’ici sourire : « ils ont pris des risques, ils paient, c’est normal, nous ont est à l’abri !! ». C’est oublier un peu vite que cette crise financière débouche sur une crise économique (et inversement…)  plus profonde et surtout plus « réelle ». La « contamination » gagne …

     L’économie britannique s’est contractée de 0,5% au 3ème trimestre, baisse record depuis 1990. Partout le chômage menace et le marché immobilier n’a jamais autant mérité son nom puisqu’il…s’immobilise. Des pans entiers de l’industrie, en manque  d’acheteurs et de liquidités vacillent tels l’automobile (Renault ferme ses usines pendant ces vacances de Toussaint), l’informatique (Yahoo va supprimer 10% de ses effectifs d’ici la fin de l’année), l’industrie pharmaceutique (Merck restructure, c’est à dire prévoie 7200 postes en mois d’ici 2011), entre autres….

     Contrairement à certaines affirmations initiales, cette crise est vraiment mondiale et n’épargne personne (normal puisque  l’économie est elle -même mondiale, qui pouvait en douter ?   ). Les pays producteurs de pétrole voient leurs revenus baisser, même  ceux du golfe  vont devoir réduire leurs investissement à l’étranger. Les pays émergents, pourtant en pleine croissance  vont avoir de plus en plus de mal à trouver des fonds en provenance des puissances en crise. L’Afrique plus épargnée car plus à l’écart de la globalisation, risque cependant d’être  touchée par la crise mondiale du crédit (en particulier tout le tissu de PME qui s’y était bien développé ces derniers temps). Pour  les pays les plus  pauvres de ce continent,  les APD (aides publiques au développement) déjà faibles risquent de se tarir. 

     Certes des solutions sont recherchées par les plus grands pays qui  tout à coup redécouvrent les vertus du recours à l’Etat. Des plans de sauvetage des banques sont tentés et unanimement salués : il semble que l’on essaie de tirer les leçons de 1929… (au fait qui pensait que l’histoire ne sert à rien ??). Les Etats Unis lancent également des plans de soutien à certains emplois industriels. Notre président lui-même, élu sur un programme hautement libéral, arpente la planète pour prêcher la bonne parole : il faut mettre de l’ordre dans ce capitalisme sauvage !!. Serait-il devenu socialiste se demandent certains ??? Peut être ses actes nuancent- ils ses paroles : alors que la Grande Bretagne pourtant peu versée dans l’Etatisme  a nationalisé certaines banques, la France n’est pas allée jusqu’à utiliser ses prérogatives dans ce domaine. La législation sur les « parachutes dorés » (indemnités exorbitantes de départ forcé -pour cause d’échec- de grands patrons) n’est toujours pas à l’ordre du jour alors qu’ils sont déjà encadrés aux Pays Bas par exemple. Or, « l’histoire économique a montré que l’Etat résiste rarement au mélange des genres » (C. Jakubyszyn). Libéral ou interventionniste, il va falloir choisir et vite !!

      Une bonne nouvelle dans cet océan de morosité  pour finir ? Et bien, c’est bientôt Halloween, alors peut être certains fantômes  (Keynes, Schumpeter et peut être même Marx, qui redevient à la mode)  vont-ils en profiter pour revenir conseiller nos chers dirigeants : ce ne serait peut être pas du luxe car ceux-ci  doivent se réunir au mois de novembre pour une réflexion globale sur le système capitaliste mondial (avec d’ailleurs le nouveau président étasunien) !!  Alors, scruter bien vos greniers le 31 octobre et croisez les doigts, en attendant le Père Noël !

Synthèse d’articles du journal Le Monde (disponible au CDI), du 21, 26/27, 28 et 29 Octobre 2008     -avec quelques perfidies personnelles rajoutées….

Publicités

Site histoire-géographie: Mode d’emploi.

Pour accéder aux fiches des cours et aux documents mis en ligne, cliquez sur la page correspondant à votre classe.
Pour retrouver des informations sur un thème, consultez la page Archives ou le nuage de tags.

Entrez votre adresse e-mail pour souscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par email.

Rejoignez 13 autres abonnés

Archives

Catégories


%d blogueurs aiment cette page :