Lecture: Pour en finir avec la repentance coloniale de Daniel Lefeuvre (2006).

 

Daniel lefeuvre spécialiste de l’Algérie coloniale répond dans ce petit livre, à la fois à certains historiens (Blanchard, Bancel, Lemaire, etc.) et à ce qu’il faut bien qualifier désormais de "lobby victimaire".

Son argumentation peut se résumer ainsi:

  • La violence coloniale n’est pas génocidaire et n’annonce pas les camps d’extermination nazis. Au contraire, elle reprend les méthodes pratiquées en Europe aux siècles précédents ou à l’époque de la colonisation (Ravage du Palatinat, Vendée, répression de la commune de Paris).
  • La colonisation n’a pas été une bonne affaire. Elle coute beaucoup plus qu’elle ne rapporte et retarde le développement de la métropole (même si ponctuellement, elle bénéficie à certains groupes d’intérêt limités). Même le pétrole algérien est couteux et la France se serait approvisionnée à meilleur compte au Moyen Orient!
  • L’immigration n’est pas la fille naturelle de la colonisation. Les migrants d’origine coloniale constituent une étroite minorité: 1% de la population active française en 1951: Il est donc absurde de faire des immigrés coloniaux les reconstructeurs de la France. De même ils ne constituent pas et de loin la majorité des travailleurs peu qualifiés et sous payés de l’après guerre: Ce sont des Français, provinciaux d’origine souvent paysanne, et des immigrants européens qui constituent le gros des effectifs de Renault Billancourt par exemple (les 4/5° dans les années 50).
  • Les discriminations dont souffrent les migrants originaires de l’ancien empire ne sont pas spécifiques. On retrouve des discours similaires sur les autres populations immigrées d’origine européenne (Italiens, Polonais, …). La stigmatisation reprenant les mêmes formes (bruit, odeurs, spécificités inassimilables).

L’auteur conclue par ces mots: " Prétendre que les Français doivent faire acte de repentance pour expier la page coloniale de leur histoire et réduire les fractures de la société française relève du charlatanisme ou de l’aveuglement. Cela conduit à ignorer les causes véritables du mai et empêche donc de lui apporter les remèdes nécessaires. Le risque est grand, alors, de voir une partie des Français, bien persuadés qu’ils seront à jamais les indigènes d’une République irrémédiablement marquée du sceau de l’infamie coloniale, vouloir faire table rase et jeter, en même temps, nos institutions et le principe sur lequel elles reposent depuis la Révolution française l’égalité en droit des individus. Belle révolution en perspective — peut-être même déjà en cours —, qui amènerait à créer en France un patchwork de communautés, avec leurs spécificités, leurs règles, leurs droits, leur police et leur justice — à l’appartenance desquelles les individus seraient assignés, avec ou sans leur accord. Une France, grâce à l’action du MRAP, définitivement débarrassée de l’horreur laïque, où chacun pourrait exhiber au sein des établissements scolaires ses convictions religieuses ou politiques. Une France où l’on serait blanc, noir ou arabe, chrétien, juif ou musulman éventuellement athée — avant d’être français. Bref, une France de l’Apartheid."

Une réponse à ce livre sur le thème de la repentance sur le site de la LDH-Toulouse.

à lire également dans le n° 336 de la Revue L’histoire (disponible au CDI) la réponse au documentaire L’honneur perdu du 9-3

Publicités

Site histoire-géographie: Mode d’emploi.

Pour accéder aux fiches des cours et aux documents mis en ligne, cliquez sur la page correspondant à votre classe.
Pour retrouver des informations sur un thème, consultez la page Archives ou le nuage de tags.

Entrez votre adresse e-mail pour souscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par email.

Rejoignez 13 autres abonnés

Archives

Catégories


%d blogueurs aiment cette page :