Feuilleton, épisode 2: Notes de lecture du livre de Laurent Davezies, La République et ses territoires, la circulation invisible des richesses, La république des idées, Seuil, 110p, janvier 2008.

Le rôle des transferts publics de revenus.

La richesse entre richesse produite et richesse réellement disponible sur un territoire a pour cause les puissants mécanismes de redistribution qui caractérisent les sociétés européennes.

« L’arbre de la mondialisation libérale ne doit pas cacher la forêt des régulations publiques ».

La France connaît une croissance significative de ces échanges internationaux avec un taux d’ouverture passé de 13 % en 1960 à 26 % en 2003, mais dans le même temps, les croissances publiques croissaient plus fortement, passant selon l’OCDE de 28 % du pib en 1950 à 39 % en 1973, 51 % en 1990 et 55,5 % en 2003. Le plus gros changement a donc été cette mutualisation croissante de la richesse, alors même qu’on ne cesse d’évoquer un « retrait de l’État ».

Ces mécanismes redistributifs spatiaux prennent deux formes majeures :

· Sous la forme de salaires distribués à la fonction publique.

· Sous la forme de transferts sociaux.

Globalement, selon une étude de la commission européenne portant sur les transferts durant l’année 1993, ceux-ci représentent 10 % du pib de la région parisienne ou londonienne. Inversement un apport de 10 % pour le Languedoc-Roussillon. Cette redistribution semble d’autre part beaucoup plus efficace et rapide que celle qui s’effectue dans le cadre européen, et ce, sans aucune réunion…

Ces transferts entre les espaces ne sont pas au service d’une stratégie particulière d’aménagement du territoire. Ils assurent un équilibre des services publics et des modes de vie à l’ensemble des populations.

C’est aujourd’hui la première source de revenus de nos régions : il n’y a pas une seule d’entre-elles, y compris donc la région parisienne, où les salaires privés soient supérieurs à la somme des salaires publics et des prestations sociales.

L’ampleur même du phénomène invite à s’interroger sur un éventuel effet négatif sur la compétitivité globale et au niveau local des territoires.

Il s’agit pour l’auteur d’un « fait sédimentaire de civilisation » qui semble mettre en œuvre la loi de Wagner, selon laquelle, depuis le XIX° siècle, la part socialisée du revenu augmente quasi mécaniquement avec le développement et la complexification de la société. Ainsi pour preuve, la création dans presque tous les pays développés d’un revenu minimum qui aurait relevé de la science-fiction dans les années 50. L’idée que « l’impôt tue l’impôt » semble aujourd’hui largement remise en cause (travaux de T. Piketty montrant les effets bénéfiques de la hausse de l’impôt sur le revenu au XX° siècle). Les dépenses publiques sont un mode d’usage des ressources dont il n’est pas démontré qu’il soit moins efficace économiquement et socialement que l’héritage…

L’augmentation de l’impôt constitue une puissante incitation à augmenter l’efficacité économique. Les pays où l’innovation se développe le plus rapidement, sont aussi ceux où les niveaux de prélèvements fiscaux et sociaux sont les plus forts (même si ils passent par des assurances privées aux États-Unis).

La mutualisation qui pour les pessimistes inhibe l’initiative, peut par son effet protecteur également inciter à prendre des risques.

Sur de longues périodes, ce système d’assurance joue également et dans les deux sens : La Lorraine et le Nord-Pas de Calais furent autrefois des contributeurs nets aidant au développement des régions de l’ouest. Aujourd’hui, elles bénéficient en retour de transferts en provenance de ces régions. La Wallonie voisine qui longtemps finança par ses transferts la Flandre est donc injustement accusée aujourd’hui d’être un poids pour l’économie de sa voisine qui refuse la solidarité, dès lors qu’elle ne joue plus en sa faveur…

épisode 1

Publicités

1 Response to “Feuilleton, épisode 2: Notes de lecture du livre de Laurent Davezies, La République et ses territoires, la circulation invisible des richesses, La république des idées, Seuil, 110p, janvier 2008.”



  1. 1 Feuilleton: Notes de lecture du livre de Laurent Davezies, La République et ses territoires, la circulation invisible des richesses, La république des idées, Seuil, 110p, janvier 2008. at cbhg.org Rétrolien sur 9 avril 2008 à 5:42
Comments are currently closed.



Site histoire-géographie: Mode d’emploi.

Pour accéder aux fiches des cours et aux documents mis en ligne, cliquez sur la page correspondant à votre classe.
Pour retrouver des informations sur un thème, consultez la page Archives ou le nuage de tags.

Entrez votre adresse e-mail pour souscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par email.

Rejoignez 13 autres abonnés

Archives

Catégories


%d blogueurs aiment cette page :