première évaluation des conséquences de la crise au Royaume Uni..

Pessin, Le Monde.

Le Royaume uni, centre financier majeur et ayant adopté le modèle américain sans réserves est très directement touché par la crise. L’Etat a été obligé dès la semaine dernière d’entrer dans le capital de certaines des principales banques du pays et va être contraint d’accroitre le niveau de ses participations dans les jours à venir. Le premier ministre Gordon Brown parle d’une révolution nécessaire… Language très nouveau chez ce partisan de longue date de la libéralisation! Il doit proposer aujourd’hui aux membres de l’Euro-groupe (pays membres de l’Euro) d’adopter un plan similaire à celui qu’il à mis en oeuvre pour rassurer les marchés).

Le Guardian évoque dans son n° du 13 octobre les conséquences sur l’économie réelle (l’autre était donc irréelle?): L’impossibilité d’accéder au crédit va étrangler de nombreuses petites entreprises, tandis que le commerce sera durement touché par le ralentisement des achats. Bilan: 1 million de chômeurs supplémentaires d’ici noël…

On peut y ajouter les besoins d’emprunts qui s’élèveront pour l’Etat britannique l’an prochain à 100 milliards de livres (127 milliards d’euros) pour l’année fiscale 2008-2009, ce qui représente 6 % du produit intérieur brut et la ruine des plans d’épargne-retraite, basés pour l’essentiel dans ce pays sur des plans d’investissement (Il y a peu encore recommandés ici comme une solution à la question des retraites….) L’hiver s’annonce difficile outre-Manche!

Publicités

Site histoire-géographie: Mode d’emploi.

Pour accéder aux fiches des cours et aux documents mis en ligne, cliquez sur la page correspondant à votre classe.
Pour retrouver des informations sur un thème, consultez la page Archives ou le nuage de tags.

Entrez votre adresse e-mail pour souscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par email.

Rejoignez 13 autres abonnés

Archives

Catégories


%d blogueurs aiment cette page :