Lectures: Suite française d'Irène Némirovsky (2004).

suite_française

Le meilleur roman français de l’année 2004 fut écrit en 1941-1942 par une immigrée russe, juive par ses origines, qui fut déportée par les bons soins du gouvernement de Vichy et gazée le 17 août 1942 à Birkenau. Le manuscrit de Suite française ne fut redécouvert par ses enfants que cinquante années plus tard. Il ne comprend que les deux premières parties d’un projet plus vaste qui devait relater sous une forme romanesque la seconde guerre mondiale et l’occupation en France. Si la seconde partie dolce est assez classique dans son intrigue et rappelle Le silence de la mer de Vercors, la première partie, tempête de Juin est une description magistrale de la débâcle et de l’exode qui pendant l’été 1940 jeta sur les routes des millions de français, civils et militaires mélés, fuyant l’avance allemande. Construit sur le modèle des grandes machines romanesques (Jean christophe de Romain Rolland ou les Thibault de Roger Martin du Gard), le roman met en scène une galerie de personnages représentant les différentes classes de la société française. Jamais sans doute on n’avait mieux montré l’abjection des classes dirigeantes dont la trahison et la lâcheté inspiraient le plus profond dégoût à de Gaulle lui-même dans ses mémoires de guerre.

Le talent de la romancière est immense et elle parvient même à glisser dans ses portraits une touche d’humour grinçant. Deux exemples :

à propos du Comte de Furière, officier supérieur : « Pendant la débâcle de juin, le régiment de Furières tomba presque tout entier aux mains de l’ennemi. Lui-même avait une chance de salut, il la prit. En 14 il se serait fait tuer pour ne pas survivre au désastre. En 1940, il préféra vivre. Il retrouva sa femme qui déjà le pleurait. Ses charmantes filles dont l’aînée venait de faire un très beau mariage (elle avait épousé un jeune inspecteur des finances) et son château de Furières. Le chauffeur eut moins de chance : il est interné au stalag VIIA, sous le n° 55.481. »

Charles Langelet, bourgeois, collectionneur de porcelaines qui fuit Paris avec sa collection et revient ensuite dans son appartement : « Avant, jamais il n’aurait pensé s’installer dans une maison désorganisée, pleine de poussière ; il aurait reculé à l’idée d’aller au restaurant le jour même de son retour. Mais maintenant il avait passé par tant de choses que rien ne lui faisait peur. Quand la concierge lui dit que de toute façon elle ne pourrait pas finir le ménage aujourd’hui, que Monsieur ne se rendait pas compte du travail qu’il faudrait, Charlie répondit d’une voix douce mais inflexible :

– Vous vous arrangerez, madame Logre. Vous travaillerez un peu plus vite, voilà tout.

– Vite et bien ne vont pas toujours ensemble, Monsieur !

– Ils iront ensemble cette fois-ci, les temps de la facilité sont passés, dit Charlie sévèrement. Je rentrerai à six heures. J’espre que tout sera prêt, ajouta-t-il. »

Ce roman est disponible au CDI, j’en recommande vivement la lecture.

Publicités

Site histoire-géographie: Mode d’emploi.

Pour accéder aux fiches des cours et aux documents mis en ligne, cliquez sur la page correspondant à votre classe.
Pour retrouver des informations sur un thème, consultez la page Archives ou le nuage de tags.

Entrez votre adresse e-mail pour souscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par email.

Rejoignez 13 autres abonnés

Archives

Catégories


%d blogueurs aiment cette page :