Attali, tsunami, 1929-2008 même combat?

Comparaison avec la crise de 1929 : Comme en 1929, «on a laissé les gens s’endetter», a fait remarquer Jacques Attali. Seulement, «le système est beaucoup plus puissant, la crise a pris une plus grande ampleur». L’ancien conseiller de François Mitterrand a évoqué la possibilité que «d’autres acteurs» soient «en train de cacher dans leurs comptes des actifs de mauvaise qualité».

Parmi les conséquences futures de cette crise : une «restriction du crédit» et des «réactions inflationnistes», a notamment avancé Attali. Des «tensions militaristes» ne sont pas non plus à exclure, a-t-il prévenu.

À la différence de 1929, il ne faudra pas «se refermer entre soi». En France, «des banques, des compagnies d’assurance et même des collectivités locales» sont menacées de faillite. Des pays aussi, a-t-il ajouté, citant l’exemple de l’Islande. La question étant de savoir qui va souffrir le plus de ces faillites : «les contribuables ou les actionnaires ?»

Quant aux États-Unis, «leur déclin est en marche mais il n’est pas final».

Lire la suite sur le site du Figaro:
http://www.lefigaro.fr/le-talk/2008/09/17/01021-20080917ARTFIG00628-crise-financiere-jacques-attali-reclame-un-plan-b-.php

Publicités

Site histoire-géographie: Mode d’emploi.

Pour accéder aux fiches des cours et aux documents mis en ligne, cliquez sur la page correspondant à votre classe.
Pour retrouver des informations sur un thème, consultez la page Archives ou le nuage de tags.

Entrez votre adresse e-mail pour souscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par email.

Rejoignez 13 autres abonnés

Archives

Catégories


%d blogueurs aiment cette page :