Bac 2009: Correction de l'épreuve d'histoire-géographie(S).

Première partie: Géographie.

Sujet 1 (Composition).

La façade atlantique des Etats-Unis.

Composition modèle distribuée en classe et qui servait de support à un exercice de croquis dont la problématique était: « Quelle est la contribution de la façade atlantique à la puissance des Etats-Unis? ».

On pouvait bonifier en ajoutant le petit schéma de la mégalopolis disponible sur le site.

[download id= »17″]

Sujet 2 (Composition).

L’Asie orientale: Une aire de puissance en expansion.

Sujet très classique pour lequel il suffisait de reprendre le plan du cours et les IP. On pouvait bonifier en utilisant les petits schémas sur les phases du développement disponibles sur le site.

[download id= »18″]

Sujet 3 (Etude d’un ensemble documentaire).

L’espace mondial: Une inégale intégration dans la mondialisation.

Première partie.

Voici une rapide synthèse des éléments attendus dans les réponses aux questions:

1. Quels aspects de la mondialisation apparaissent dans les documents 1, 2, 4?

– Le développement des échanges de marchandises. Ces échanges restent fortement polarisés entre l’Amériqu du nord, L’europe (pour l’essentiel L’UE) et l’Asie. Il s’agit donc des trois pôles de la triade, élargissant pour l’Asie à la Chine, au tigres et m^me à l’Asie du Sud.

– Ces échanges sont facilités par la libéralisation des échanges qui est l’objectif central de l’OMC, fondée en 1995.

Les documents 2 et 4 font  apparaitre la stratégie mondiale des multinationales qui deviennent des acteurs majeurs des échanges:

– d’une part, parce qu’elles cherchent à conquérir des marchés et élaborent des stratégies à l’échelle du monde.

– d’autre part parce qu’elles localisent leur production en mettant en concurrence les pays du monde entier.

La présence de la grande distribution européenne et américaine en Chine témoigne de l’élévation du niveau de vie d’une partie des populations des pays du sud et de l’adoption de modes de consommation de type occidentales, dans les régions littorales concernées par la mondialisation.

2. D’après le document 2, quelles sont les stratégies de l’entreprise Nike dans l’espace mondial?

Les multinationales, qui sont souvent encore originaires des pays de la triade,  cherchent à tirer le meilleur parti possible des inégalités de développement à l’échelle mondiale.

– Elles délocalisent une grande partie des activités de production vers les pays à bas salaires (Asie de l’Est et du Sud-Est, Pays ateliers méditerranéens (Maroc, Turquie), Amérique latine (Mexique, Brésil, etc.). Une partie de la production reste localisée au nord, en particulier aux Etats-unis, pays d’origine de la firme, mais cette part est désormais minoritaire.

– On observe cependant que les centres décisionnels  et les marchés restent concentrés dans les pays du nord dans le cas de Nike Etats-Unis, Europe, Asie du Nord). Le siège social demeure aux Etats-Unis. La carte pourrait également faire apparaitre la concentration des activités de conception dans les grandes mégalopoles du nord).

3. En quoi les documents 3 et 4 montrent-ils l’inégale intégration de l’Asie orientale dans la mondialisation?

Dans le document 3:

Les pays de la zone profitent très inégalement de la mondialisation:

– à travers leur intégration plus ou moins forte au commerce mondial. Les pays dont le poids des exportations et l’ouverture sont les plus forts sont la Chine et la Corée du sud (2/3 des exportations), le Japon et Taiwan (1/2 des exportations). Chez la plupart des « tigres » d’Asie du Sud-est, l’ouverture est souvent moins forte. Le cas de Hong-Kong et de Singapour est un peu différent en raison de leur rôle d’ emporium (importance du transit, lié à la fonction de port).

– Les pays connaissent également des taux de croissance différents. Alors que la Chine devenue la troisième (et peut-être depuis quelques jours, la seconde puissance mondiale connait un taux très élévé de croissance annuelle (supérieur à 10%)., d’autres pays de la zone qui subissent la concurrence chinoise connaissent une croissance plus faible, inférieure à 7.5% par an (tigres, mais aussi NPI et Japon). La situation particulière du Cambodge s’explique par son décollage très réçent, à partir d’un niveau très bas. Le Vietnam et le Laos connaissent également des taux élevés (situés entre 7.5 et 10% par an) en raison du faible coût de la main d’oeuvre ou du pillage des ressources naturelles dans le cas du Laos. La Corée, complêtement isolée du reste du monde connait probablement une croissance négative et la population y a souffert de famine au cours des dernières années.

Document 4:

– Dans ce document, c’est la coupure entre les régions littorales, bien insérées dans le processus de mondialisation et l’intérieur qui n’en bénéficie pas qui apparaît avec clarté.

4. Expliquez en quoi le document 5 confirme mais nuance les documents 1 et 2.

– L’Afrique est marginalisée dans le processus de mondialisation: elle participe peu aux échanges mondiaux et bénéficie peu des délocalisations et des investissements. Le marché intérieur st encore très limité en raison de la faiblesse du pouvoir d’achat (la plupart des PMA sont en Afrique).

– Son rôle se limite à fournir des matières premières (ce qui nourrit une « économie d’enclave » selon l’auteur en favorisant les élites aux dépens du rste de la population.

– L’afrique est également largement une « zone grise  » de la mondialisation: Située aux marges de celle-ci, (elle voit proliférer les activités dangereuses ou illégales (contrebande, traffics, conflits armés, etc.)

– Cependant l’auteur pense que « la situation est en train de changer » car l’Afrique devient un enjeu car il existerait « d’immenses opportunités ».

Seconde partie.

La seconde partie correspond très précisément au IV de votre cours sur l’espace mondial: [download id= »19″]

Seconde partie: Histoire.

Sujet 1: La présidence du général de Gaulle vue par Henry Kissinger.

1. à quelles crises Kissinger fait-il allusion quand il évoque l’arrivée du général de Gaulle au pouvoir.

Les 2 points à développer étaient:

– La crise des institutions de la IV° république (cf. cours).

– la crise provoquée par la décolonisation impossible de l’Algérie en raison de l’opposition des pieds noirs et de l’armée (c’est le refus de l’armée de reconnaitre l’autorité du gouvernement qui permet à de Gaulle d’apparaître comme un ultime recours pour sauver la république et la démocratie (cf. cours): La naissance de la IV° république avait été marquée par l’espoir d’une république rénovée: une république sociale plus juste et plus égalitaire (programme du CNR, nationalisations), des institutions plus efficaces que celles de la III° république. Très vite la déception l’emporte : retour aux « vices » de la vie parlementaire (instabilité ministérielle, absence de vision politique à long terme,…). Sentiment de déclin au niveau international. succession de crises liées à la décolonisation (cf. en particulier ci-dessous l’Algérie.

– Depuis 1954, la France est engagée en Algérie dans une guerre coloniale sans issue : Les gouvernements successifs affichent une politique de fermeté, mais une victoire totale est impossible. Mais ils ne bénéficient pas de la confiance de l’armée ni de celle des « pieds-noirs ». La faiblesse du pouvoir lui interdit de rechercher une solution politique.

La craint d’une nouvelle politique algérienne provoque en juin 1958 une insurrection populaire et militaire à Alger: Crainte d’un coup d’État. Rôle trouble de de Gaulle qui entretient des contacts avec les insurgés d’Alger tout en se présentant comme le sauveur éventuel de la République. Pour éviter la guerre civile, une partie du personnel de la IV° république se rallie à l’idée de confier le gouvernement au Général de Gaulle.

2. Relevez les mesures prises par le général de Gaulle pour y faire face.

– La consolidation de « nouvelles institutions politiques »: décrire en détail le fonctionnement des institutions de la V° république (cf cours): De Gaulle pose ses conditions : Il exige de l’assemblée les pleins pouvoirs. Il se fait confier la tâche d’élaborer une nouvelle constitution. Les conditions de son retour au pouvoir sont entachées d’illégitimité aux yeux d’une partie de l’opinion ( à gauche en particulier). Il reste suspect d’autoritarisme (« Le coup d’État permanent » de F. Mitterrand).

Rédigée sous la direction de M. Debré qui la définit comme : « Un chef de l’état et un parlement séparés encadrant un gouvernement issu du premier et responsable devant le second. » selon les directives du général elle réaffirme quelques grands principes : Une démocratie (reprise de la déclaration des droits de l’homme de 89 et du préambule de la constitution de 46). une république indivisible, laïque, démocratique, sociale. En apparence, un régime parlementaire: le gouvernement reste responsable devant l’assemblée. En réalité, renforcement de l’exécutif, mais de Gaulle qui a besoin de l’appui des partis de la IV° république doit masquer ses ambitions. Création d’un Conseil constitutionnel de 9 membres chargés de vérifier la légalité des lois (l’assemblée peut voir ses décisions annulées pour non constitutionnalité par les juges constitutionnels). Maintien du bicaméralisme (Sénat renouvelé par tiers au suffrage universel indirect tous les 3 ans et Assemblée nationale gardant la primauté, renouvelée tous les 5 ans au suffrage universel direct).Mais le pouvoir des assemblées est réduit : Par des dispositions réglementaires : Sessions plus courtes et ordre du jour fixé par le gouvernement. Par la possibilité d’exiger un vote bloqué (pas d’amendements). Enfin le gouvernement n’a pas a demandé la confiance (il peut toujours être renversé par une motion de censure). Ce qui peut permettre à un gouvernement minoritaire de gouverner si ses adversaires ne s’entendent pas (cas des socialistes de 1988 à 1993). Le pouvoir exécutif reste bicéphale, mais l’équilibre entre le président et son premier ministre est profondément modifié: Le gouvernement détermine et conduit la politique de la nation (ce qui est encore le cas en période de cohabitation). Le premier ministre est désigné par le président, il apparaît désormais comme au service de celui-ci, son exécutant. Cette évolution du rapport de force est liée au poids nouveau du président de la république: Régime semi-présidentiel. Il conserve en apparence les mêmes pouvoirs que sous la IV° république. Mais… Il peut dissoudre l’assemblée (il ne s’agit plus d’un pouvoir théorique). Il peut utiliser l’arme du referendum s’il rencontre une forte opposition au parlement. L’article 16 lui donne des pouvoirs étendus en cas de crise majeure. La pratique lui reconnaît un « domaine réservé » (politique étrangère, défense). Le poids du Président est renforcé d’une manière décisive par la réforme de 1962 que de Gaulle fait adopter par referendum, malgré l’opposition d’une partie de la classe politique : La constitution de 1958 prévoyait son élection par un collège élargi mais restreint (sa légitimité restait donc inférieure à celle de l’assemblée nationale). La réforme en fait l’élu du suffrage universel. Sa légitimité est donc désormais supérieure à celle de l’assemblée. Cependant, pour exercer pleinement son autorité, le président doit s’appuyer sur une majorité parlementaire. Dans le cas contraire, il perd toute influence réelle (cas des différentes cohabitations).

– La décolonisation de l’Afrique noire et de l’Algérie (cf. cours): Il rétablit la légalité en Algérie et met fin au conflit (cf. cours décolonisation): Revenu au pouvoir grâce à l’appui des partisans de l’Algérie française, il les écarte progressivement. Il engage des négociations, longtemps secrètes, avec le FLN. Elle aboutissent aux accords d’Évian et à l’indépendance de l’Algérie. Son prestige personnel lui permet d’imposer son point de vue: à l’armée et aux Français d’Algérie (malgré le putsch des généraux en 1961, l’action de l’OAS et les nombreux attentats dont il est victime). Aux Français qui se rallient massivement à sa politique et l’approuvent par référendum.

3. Quels sont les principaux axes de la poltique extérieure du général de Gaulle d’après Kissinger?

De Gaulle a la conviction que la France a un rôle, une place spécifique dans le monde, liée à son passé, à son histoire. Qu’une politique d’indépendance nationale est nécessaire pour faire entendre la voix de la France.

c’est chose faite entre 60 et 1962 avec l’indépendance des territoires africains et de l’Algérie. De gaulle qui était un farouche adversaire de la décolonisation en 45-46 (il a soutenu Thierry d’Argenlieu dans sa politique aventuriste au Vietnam), s’est rendu à l’évidence : l’empire était un fardeau économique et entraînait l’isolement de la France.

En Afrique noire, la France conserve de larges moyens d’influence (coopération, bases militaires, présence des intérêts français, pétroliers en particulier). La France pendant longtemps y a été accusée de faire et défaire les gouvernements (la Françafrique…). En échange de son aide, la France obtient des pays africains leur soutien à l’Onu, où leur nombre renforce le camp des pays francophones.

Les Dom Tom, « confettis de l’empire » sont plus étroitement intégrés à la métropole, leur position stratégique compense-t-elle leur coût économique ?

Développement économique par la modernisation et restauration des finances (le nouveau franc en 1959). Pour lui, c’est d’abord un moyen d’accroître les moyens d’action et d’influence de la France.

C’est l’idée de ne dépendre de personne pour assurer la défense de la France. La modernisation des forces armées. Cette politique se traduit par le développement d’une force de frappe indépendante des États-Unis. Elle conduit au retrait de l’organisation militaire intégrée de l’Otan en 1966. L’affirmation d’une politique étrangère spécifique (discussions bilatérales avec l’URSS, reconnaissance de la Chine communiste, critique de la politique américaine au Vietnam (discours de Phnom Penh en 1966). La France reste un allié des états unis (cf. crise de cuba) mais un allié critique.

De gaulle est souvent présenté comme anti-européen (il s’est opposé à l’entrée du Royaume-Uni dans l’Europe, il a pratiqué la politique de la chaise vide pour imposer à ses partenaires le principe de l’unanimité pour l’adoption des décisions importantes. En fait, il refuse une Europe supranationale et fédérale, et veut une Europe des nations qui sont pour lui une réalité profonde qui ne peut s’effacer dans un avenir prévisible. Il accepte l’Europe dans la mesure ou elle prendrait ses distances avec les États-Unis et affirmerait son indépendance. Les partenaires de la France, sont sur une toute autre longueur d’onde. L’aspect le plus novateur de la politique européenne est le rapprochement franco-allemand qui conduit au traité de 1963. ce traité prévoit des rencontres régulières, des politiques de coopération. L’image de de gaulle et du chancelier Adenauer cote à cote dans la cathédrale de Reims reste l’image de la réconciliation franco-allemande que de gaulle a imposé à l’opinion, et qui est à la base du couple franco-allemand qui a longtemps été le moteur de la construction européenne.

Un rôle central dans la politique européenne (marché commun, traité franco-allemand de 1963) Politique étrangère inspirée par l’orgueil national, tout en critiquant de nombreux aspects de la politque américaine (discours de Pnom Penh et sortie de l’organisation militaire de l’OTAN)en 1966 par exemple).

4. Comment l’auteur explique-t-il le départ du général de Gaulle en 1969?

Pour lui, le départ du général aurait été, en quelque sorte, voulu inconsciemment par un homme, qui ayant accompli de grandes choses ne pouvait se résoudre à gérer le quotidien. L’interprétation généralement admise est toute différente: de Gaulle espérait restaurer son autorité et son prestige par ce référendum. D’autre part, il croyait de profondes réformes nécessaires après la crise de mai 68. Cette crise avait entrainé un affaiblissement du Président qui était apparu coupé d’une partie de l’opinion, de la jeunesse, du monde ouvrier. certes les élections législatives de juin lui assuraient une majorité considérable à l’AN, mais cette victoire semblait davantage l’oeuvre de son premier ministre Pompidou qui avait également négocié les accords de Grenelle.

5. Quelle image Kissinger donne-t-il du général de Gaulle?

Kissinger marque un profond respect envers le général de Gaulle, le qualifiant même de « héros ». Il reconnait sa stature de personnage historique et le rôle qu’il a joué dans la vie politque française à un moment décisif. Il dresse un bilan assez flatteur de son action, ce qui est méritoire car sa position l’a amené à se confronter au général de Gaulle. Il ne semble cependant pas croire à la pérennité de cette politique de grandeur: « les problèmes qui se posèrent à lui manquaient d’envergure ».

Sujet 2: Extrait du communiqué de Brioni (Yougoslavie) publié à l’issue de la rencontre entre Nasser, Nehru et Tito le 19 juillet 1956.

1. Qui sont Tito, Nehru et Nasser?

Tito dirige la Yougoslavie qui s’est séparée du bloc communiste. Nehru est le premier ministre de l’Inde depuis l’indépendance à la tête du parti du Congrès. Enfin Nasser est un militaire qui dirige l’Egypte et s’apprête à nationaliser le canal de Suez.

2. Dégagez à partir du document les grandes lignes du contexte international évoqué par les auteurs.

contexte de guerre froide: le monde est divisé en deux blocs antagonistes. L’année 1956 est marquée par l’invasion de la Hongrie. La période est caractérisée par:
– une course aux armements, en particulier les armements nucléaires, ce qui fait craindre une troisième guerre mondiale qui détruirait l’essentiel de l’humanité.
– une rivalité idéologique entre les deux blocs. les Etats-unis défendent un modèle fondé sur le libéralisme, la libre entreprise et la démocratie. Le modèle soviétique affirme vouloir établir une société plus juste, plus égalitaire inspirée des idées de Marx et de Lénine. Il semble égaement proposé aux pays sous-développés, une voie vers le développeement économique basée sur la collectivisation des moyens de production et la planification, donnant la priorité aux industries lourdes.

Contexte de la décolonisation:

– La France et l’Angleterre cherche en vain à maintenir leur domination coloniale en Afrique (la décolonisation de l’Asie est pratiquement achevée après le départ des français d’Indochine en 1955). La France est confrontée depuis 1954 à une insurection en Algérie, à laquelle elle répond en 1956 par l’envoi du contingent et l’intensification de la répression.

Les nouveaux pays indépendants souffrent du sous développement et  restent relativement dépendants des pays riches : Persuadés d’avoir été exploités économiquement, les nouveaux pays indépendants espèrent sortir très vite du sous développement. Qualifiés de «  Tiers Monde » par A Sauvy en 1952, ces pays présentent des caractères économiques assez semblables : Critères du sous développement : pauvreté, explosion démographique, prédominance du secteur primaire, dépendance économique, analphabétisme… endettement des États, exploitation des ressources par des compagnies étrangères.  Ils sont également pénalisés par la dégradation des termes de l’échange, qui contribue à creuser les écarts de richesse aux dépens du TM.

On peut également trouver des explications politiques au « sous-développement» : La mauvaise gestion des ressources, leur confiscation par une élite au pouvoir.

Plusieurs modèles de développement s’offrent à eux : Le modèle des États communistes : nationalisation et collectivisation plus ou moins complète de l’économie. (divers États africains comme l’Éthiopie). un modèle de dvpt autocentré où le secteur privé conserve un rôle central (Inde, Brésil). Dans ces deux modèles, on valorise les industries industrialisantes et un marché intérieur protégé de la concurrence. D’autres  s’orientent vers des économies extraverties misant sur les capitaux étrangers et jouant sur l’attractivité du faible coût de la mo : NPI asiatiques ( Corée du  Sud, Taiwan ) Cf. mondialisation

3. Montrez que ce document s’inscrit dans la continuité de la conférence de Bandoung.

à la réunion de Brioni se retrouvent trois des leaders du Tiers-Monde qui avaient animée Bandoung.Lors de cette conférence,en 1955,  les nouveaux États aspirent à jouer un rôle sur la scène internationale . 29 pays dénoncent le colonialisme et réclament une coopération mondiale pour lutter contre le sous développement. Cet évènementt marque un tournant en affirmant clairement l’existence d’un «  troisième monde » en dehors des 2 Grands.

4. Quelles sont les propositions émises par les auteurs pour garantir la sécurité collective?

Trois axes sont développés:

– le désarmement, qui recevra un début d’application avec l’interdiction des expériences nucléaires dans l’atmosphère, la dénucléarisation de certains espaces (comme l’Antarctique ou l’espace) et le traité de non prolifération qui vise à limiter le nombre de puissances nucléaires.

– Le développement des pays du Tiers monde pour réduire le fossé qui se creuse entre pays du sud et du nord. L’aide au Tiers monde se révélera cruellement insuffisante et aura souvent pour but d’ouvrir des marchés ou d’imposer une libéralisation économique ou un ajustement structurel aux pays du sud.

– La condamnation du colonialisme et le soutien aux peuples qui luttent pour leur indépendance.

Publicités

0 Responses to “Bac 2009: Correction de l'épreuve d'histoire-géographie(S).”



  1. Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




Site histoire-géographie: Mode d’emploi.

Pour accéder aux fiches des cours et aux documents mis en ligne, cliquez sur la page correspondant à votre classe.
Pour retrouver des informations sur un thème, consultez la page Archives ou le nuage de tags.

Entrez votre adresse e-mail pour souscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par email.

Rejoignez 13 autres abonnés

Archives

Catégories


%d blogueurs aiment cette page :