Orlando Figes, la révolution russe, 1891-1924: La tragédie d'un peuple, Denoël, 39€.

orlando_figes.gif

En publiant, avec une préface de Marc Ferro, la synthèse de l’auteur anglais Orlando Figes, les éditions Denoël mettent à la disposition du public français la meilleure synthèse disponible consacrée à la révolution russe. En choisissant une chronologie large qui inclue l’ensemble du règne de Nicolas II et, après la révolution, la période de la guerre civile et au delà jusqu’à la mort de Lenine, l’auteur nous permet de comprendre en profondeur les causes et les conséquences de l’évènement. La construction du livre nous donne également l’occasion de suivre le destin de quelques personnalités qui accompagnent ces évènements. je pense en particulier au réformateur paysan Semenov, mais aussi à Maxime Gorki, et surtout au prince Lvov qui dirigea le premier gouvernement provisoir après la révolution de février, et qui se révèle un personnage attachant, bien plus convainquant et lucide que Kerenski qui lui succèda.

L’ouvrage comporte un certain nombre de citations de textes contemporains qui témoignent de la violence terrible de la période de la guerre civile. Il n’est plus possible après leur lecture de ne pas relever la profonde continuité entre le léninisme et le stalinisme: mêmes méthodes, même mépris pour la vie humaine, même logique totalitaire. En détruisant la bourgeoisie libérale russe, objectif prioritaire que se fixe Lénine dès son accession au pouvoir, le nouveau régime entend bien procéder à une élimination physique d’une brutalité inouie. L’ouvrage invite aussi à élargir quelque peu la thèse de la brutalisation. Das le cas de la société russe, cette brutalisation ne peut être uniquement associée à la première guerre mondiale, elle plonge ses racines dans la société rurale russe, arrièrée et violement antisémite, mais aussi dans la pratique politique du système tsariste. Nicolas II apparait comme un personnage politique calamiteux, dont l’auteur dit à juste titre qu’il essaya de faire régresser la Russie vers le XVII° siècle alors qu’une adaptation à la modernité restait possible au début de son règne. L’imbécillité du personnage en a décidé autrement et la Russie d’aujourd’hui continue probablement de payer le prix de cette occasion manquée.

Publicités

Site histoire-géographie: Mode d’emploi.

Pour accéder aux fiches des cours et aux documents mis en ligne, cliquez sur la page correspondant à votre classe.
Pour retrouver des informations sur un thème, consultez la page Archives ou le nuage de tags.

Entrez votre adresse e-mail pour souscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par email.

Rejoignez 13 autres abonnés

Archives

Catégories


%d blogueurs aiment cette page :