Deux ours blancs qui demandaient l'asile climatique à l'Islande abattus.

(Le Monde du 3 juillet 2008).

Mais aussi:

Le réchauffement climatique raconté par les oiseaux

Le phytoplancton est parti le premier. Parce que les eaux de la mer du Nord s’étaient réchauffées d’un petit degré, ces micro-organismes marins ont subitement migré vers des fonds plus rigoureux. Le zooplancton l’a suivi. Et puis dans leurs sillages, on a vu s’en aller le lançon, ce « poisson-fourrage » fin et longiligne dont se nourrissent les gros poissons et les oiseaux marins… Parmi les vastes colonies de mouettes tridactyles, de guillemots et de pingouins, de sternes et de fous de Bassan qui peuplent les côtes britanniques, souffla un vent de panique. Les oiseaux, poussant de plus en plus loin leur maigre pêche, perdirent leurs forces. Pénurie alimentaire, échec de la reproduction, révoltes de la faim… La désolation fit place à l’effroi : goélands et labbes – ces superprédateurs incapables de pêcher eux-mêmes –, se mirent en colère et, affamés, se jetèrent sur les œufs, les poussins, et même sur ces maudites mouettes qui rentraient bredouilles. Guerre et famine… Un jour de 2004, quand les ornithologues écossais revinrent sur la falaise qu’ils étudiaient, il n’y avait plus d’oiseaux.

Le Monde du 27 juin 2008.

Mais encore…

Un climatologue de la NASA accuse les pétroliers
de « crime contre l’humanité et la nature »
eudi 23 juin 1988, sous une canicule inédite, le climatologue James Hansen témoignait devant une commission parlementaire du Congrès des Etats-Unis. Ignorant les précautions affichées à l’époque par l’ensemble de la communauté scientifique, il annonçait être certain à « 99 % » que le climat terrestre était entré dans une période de réchauffement provoqué par les activités humaines. Très médiatisée, l’intervention est demeurée dans les annales comme l’entrée du changement climatique dans le débat public… Invité par des représentants démocrates, lundi 23 juin, à s’exprimer à nouveau devant une commission du Congrès, James Hansen, 67 ans, a réitéré ses avertissements avec aussi peu de réserves qu’il y a vingt ans.Largement diffusé sur Internet, le texte de son intervention dresse d’abord l’état des lieux des connaissances sur le climat. Selon le directeur du Goddard Institute for Space Studies (GISS) – l’un des principaux laboratoires de sciences climatiques de la NASA -, la machine climatique est proche d’un « dangereux point de bascule ». Il faut, dit-il, réformer les pratiques agricoles et forestières, taxer le carbone, établir un moratoire sur la construction de nouvelles centrales à charbon et bannir complètement ces dernières, à l’échelle mondiale, d’ici à 2030. Le chercheur prédit une élévation du niveau des mers d’environ 2 mètres à la fin de ce siècle si rien n’est entrepris pour limiter les émissions de gaz à effet de serre – estimation très supérieure à celles généralement énoncées.

« L’ALARMISTE EN CHEF »

Surtout, M. Hansen dénonce « le vaste décalage entre ce qui est compris par la communauté scientifique compétente et ce qui est connu par les décideurs et le grand public ». Pour expliquer le peu d’actions entreprises depuis vingt ans pour entraver le changement climatique, il met en cause les « intérêts particuliers » privilégiant leurs « profits à court terme ». Le propos est d’une violence inhabituelle. « Des sociétés ayant leurs intérêts dans les combustibles fossiles ont propagé le doute sur le réchauffement, de la même manière que les cigarettiers avaient cherché à discréditer le lien entre la consommation de tabac et le cancer, écrit M. Hansen. Les PDG de ces sociétés savent ce qu’ils font et connaissent les conséquences sur le long terme d’un scénario ‘‘business as usual », ajoute le chercheur. A mon avis, ces dirigeants devraient être poursuivis pour crime contre l’humanité et la nature. »

Le Monde du 26 juin 2008.

Bonnes vacances!

Publicités

Site histoire-géographie: Mode d’emploi.

Pour accéder aux fiches des cours et aux documents mis en ligne, cliquez sur la page correspondant à votre classe.
Pour retrouver des informations sur un thème, consultez la page Archives ou le nuage de tags.

Entrez votre adresse e-mail pour souscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par email.

Rejoignez 13 autres abonnés

Archives

Catégories


%d blogueurs aiment cette page :