Posts Tagged 'Algérie'

Fiche du cours de Première: La décolonisation.

Publicités

13 septembre 1959: Tournant en Algérie.

autodétermination

L’historien Benjamin Stora propose sur le site Rue 89 une analyse du discours, clé à ses yeux que prononça le général de Gaulle le 13 septembre 1959. Il y parlait pour la première fois d’autodétermination du peuple algérien.

Décolonisation: Rencontres du 12/10 "la guerre d'Algérie, une mémoire vive"

algerie10petit1.jpg  Compte-rendu pour ceux qui n’ont pas eu la chance d’assister à ces rencontres mais aussi pour ceux qui ont envie d’en garder une trace ….

*Pour consulter les photos de ces rencontres prises par Mathias de TLB, cliquez ici     

Quand l’histoire s’incarne dans des témoins de la qualité de Mr Yanelli, venu rencontrer les quatre terminales L et ES du Lycée le vendredi 12 Octobre  sur le thème de la guerre d’Algérie (1954-1962), elle prend des résonances étonnamment fortes et bouscule les esprits.     

 En effet, Mr Yanelli est un des ces 1,7 millions d’appelés qui n’ont pas eu d’autres choix que d’aller faire la guerre en Algérie   en lutte pour son indépendance – guerre sans nom puisqu’alors non reconnue par l’Etat français -. Il est resté 14 mois dans cet enfer entre 1960 et 1961, avec la particularité d’être, par ses convictions profondes, totalement opposé à cette guerre : il était jeune militant communiste et convaincu de la justesse des  revendications d’indépendance. Son témoignage, avec toute la subjectivité et la particularité que suppose un récit individuel s’inscrivant dans une histoire collective, a montré clairement que la force des convictions peut permettre de rester intègre, malgré la pression qui vous entoure chaque jour. En cela son parcours est différent de Terrien, le  héros du film « ennemi intime »,  vu deux jours plus tôt (voir site du film). Ainsi, pendant tout ce temps, il a refusé de tomber dans l’horreur de la torture, il a même pu, en jouant notamment le rôle très exposé de radio pendant les commandos, éviter d’avoir à tirer sur un Algérien, alors qu’il était tireur d’élite. Persuadé qu’il pouvait agir sur ses camarades, qui le prenaient au départ pour un faible ou un lâche, il a su se faire respecter d’eux. Il a cherché  alors à leur démontrer l’horreur de cette guerre et a tenté de les empêcher, sans certes toujours y parvenir, de commettre le pire.          

    Pour tenir le coup, il consignait dans de minuscules carnets qu’il nous a montrés toutes ses émotions, ses colères, ses angoisses. Aujourd’hui, alors que la distance de plus de quatre décennies devrait avoir atténué la douleur de ces moments, il se décide à publier ses carnets (vous pouvez les télécharger sur son site en cliquant ici ). Pour lui,  rien n’est plus terrible que le silence imposé à tous ces soldats depuis leur retour. Alors témoigner, sortir cette souffrance de l’oubli, est la seule façon de la dompter. A cette fin, il a accepté l’offre d’une troupe de théâtre, la « compagnie zigzag », de mettre en scène ses carnets. Nous avons eu la chance d’entendre, lors de cette rencontre,  des extraits de ce travail  joué par les deux comédiennes  Danielle Latroy-Fuster et Jocelyne Isaac. Lors de leur prestation, la qualité de l’écoute des quatre classes réunies dans la salle des droits de l’homme du Lycée en dit long sur l’émotion mais aussi sur les méditations que suscitent ces écrits, dans une langue passionnée, celle d’un jeune homme de 20 ans, si prompte à nous atteindre. Mr Yanelli lui même reste bouleversé  d’entendre, aussi bien mis en valeur, son propre récit. La blessure n’est pas encore totalement refermée…     

     Mr Yanelli et nos deux comédiennes ont aussi accepté de répondre aux nombreuses questions des lycéens, questions de qualité, certaines très  personnelles  : comment avez-vous pu « tenir » ? Réponse de Mr Yanelli : avec de la chance mais aussi par  la force des convictions.  Il a également puisé beaucoup d’énergie dans  la musique et dans ses  nombreuses lectures  -il a lu toute la bibliothèque de Biskra alors qu’il avait quitté l’école à 14 ans… , et notamment Jacques le Fataliste au programme des Terminales L…-Certaines  questions sont plus générales , sur le conflit : peut-on comparer le combat du FLN avec celui la résistance française en 1940 ? Réponse : c’est un peu plus complexe que cela, les Algériens eux mêmes étaient plus divisés, avec les Harkis, qu’on ne peut comparer à des collaborateurs de 1940 ; ou encore, la violence du FLN était -elle réelle ? réponse, oui, y compris vis-à-vis d’autres Algériens et le travail de mémoire à ce sujet n’a pas été fait de l’autre côté dela Méditerranée, même si  le bilan chiffré reste plus lourd du côté Algérien -cf. . article sur le blog -).      

     Le message que lance Mr Yanelli pour conclure est un appel à la vigilance dans notre monde actuel où l’humain, encore et toujours,  est si souvent bafoué. Il nous conjure   de défendre avec conviction les droits des Hommes à une vie digne. Seule la force de ces convictions pourra combattre les égoïsmes de toutes natures et  éviter le pire. Effectivement,  il en est la preuve vivante.  

    

     Ce  n’est donc pas seulement une leçon d’histoire à travers une mémoire à vif  qu’il nous a donnée, mais aussi une vraie leçon de vie. Et je crois que nous lui en sommes tous redevables….                                                                                  

C.Mehdaoui

Télévision

Le site du CNDP, Teledoc, signale cette semaine des documentaires de qualité consacrés au conflit israelo-arabe:

  • Israël-Palestine, 60 ans de violence

    Cette émission fait l’objet d’un dossier pédagogique. (PDF, 156 ko)
    Prolongeant le documentaire De Auschwitz à Jérusalem, ce film de Mathieu Schwartz retrace les grands épisodes de la bataille pour une même terre que deux peuples revendiquent depuis la création de l’État d’Israël jusqu’à aujourd’hui. Il évoque ces six décennies de haines, de violences et d’espoirs de paix à travers les destins de trois Palestiniens et deux Israéliens de générations différentes.
    [14-18 ans]
    dimanche 11 mai, 22 h 50
    Rediffusion : la nuit du mercredi 14 au jeudi 15 mai, 0 h 00

  • Les Années de sang

    Cette émission a déjà fait l’objet d’un dossier pédagogique. (PDF, 152 ko)
    En deux parties, L’Aveuglement et L’Impasse, le film de Charles Enderlin poursuit l’enquête historique que le correspondant de France 2 à Jérusalem avait entamée avec Le Rêve brisé. S’appuyant sur de nombreuses interviews et des reportages sur le terrain, le documentaire nous fait découvrir les épisodes et les coulisses du conflit israélo-palestinien de 2000 à 2006.
    [15-18 ans]
    la nuit du jeudi 15 au vendredi 16 mai, 0 h 30 ; la nuit du jeudi 22 au vendredi 23 mai, 1 h 05

D’autre part, La chaine parlementaire diffuse le documentaire de Patrick Rotman, l’ennemi intime consacré à la guerre d’Algérie chaque samedi à 22:05. rediffusions le dimanche à 18:00 , le lundi à 11:15, le vendredi à 16:30, le samedi à 14:00 et enfin le dimanche à 9:00

Enfin le film Papa est en voyage d’affaire d’Emir Kusturica évoque le climat politique dans l’ex-Yougoslavie de Tito dans les années 50, avec la aussi un dossier du CNDP:

  • Chronique familiale, fresque historique et sociale, regard attendri sur l’enfance, le deuxième film d’Emir Kusturica, qui obtint la Palme d’or à Cannes en 1985, est une œuvre d’une étonnante maturité (le réalisateur n’avait alors que 31 ans). Elle est surtout l’occasion de revenir sur la période trouble qui secoua la Yougoslavie titiste au début des années 1950.
    [13-18 ans]
    TNT : jeudi 15 mai, 16 h 45
    Rediffusions : jeudi 22 mai, 9 h 45 (TNT) ; la nuit du vendredi 23 au samedi 24 mai, 0 h 40

Site histoire-géographie: Mode d’emploi.

Pour accéder aux fiches des cours et aux documents mis en ligne, cliquez sur la page correspondant à votre classe.
Pour retrouver des informations sur un thème, consultez la page Archives ou le nuage de tags.

Entrez votre adresse e-mail pour souscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par email.

Rejoignez 13 autres abonnés

Archives

Catégories