Posts Tagged 'Aménagement du territoire'



Feuilleton: Notes de lecture du livre de Laurent Davezies, La République et ses territoires, la circulation invisible des richesses, La république des idées, Seuil, 110p, janvier 2008.

davezies1.jpg

Introduction.

Pour l’auteur, il existe une « géographie imaginaire » de l’espace français qui repose sur des représentations fausses:

  • Paris asphyxie la province en concentrant énergies, pouvoirs, richesses, revenus.

  • La mondialisation accentue ce phénomène en privilégiant quelques métropoles parfaitement intégrées à l’économie de la connaissance, à l’innovation, aux échanges internationaux au détriment des périphéries peu compétitives.

  • Le monde rural est abandonné et en voie de désertification.

  • Les villes petites et moyennes sont sans avenir.

  • Les inégalités sociales, la précarité renforcent la ségrégation urbaine.

Ce sont ces représentations que l’auteur remet en cause. Pour lui, il y a « un divorce géographique entre les forces productives et les dynamiques de développement ». Les lieux de croissance ne sont pas ceux du bien être, ils ne sont pas attractifs du point de vue résidentiel, ne luttent pas efficacement contre la pauvreté, le revenu par hab y progresse moins vite qu’ailleurs.

Jusqu’à une date récente, il n’en allait pas ainsi, les régions productives étaient également celle du progrès social. Il y avait « coïncidence des facteurs de production et des facteurs de développement.

Cette idée reste présente dans l’esprit de la plupart des décideurs, pour qui le développement de l’appareil de production, l’augmentation du niveau de qualification des emplois (les fameux « emplois métropolitains supérieurs »)constitue la clé du progrès social.

Hors, si l’île de France reste la locomotive économique du pays, elle est à la traîne socialement. Inversement, l’ouest, promis au marasme connaît une forte augmentation de son revenu par habitant.

De même la région PACA à la traîne en termes de productivité attire les revenus les plus élevés. Le 93 qui est le département qui distribue le plus de salaires, est l’un de ceux où le revenu par hab est le plus bas. Enfin le nord et la Lorraine, hier riches régions industrielles, se débattent aujourd’hui dans de graves difficultés éco et soc.

Le Pib par habitant ne doit plus être considéré comme l’indicateur majeur. Car les régions, les états ne sont pas seulement en compétition pour produire, ce que mesure le pib et le pib par hab, mais aussi pour capter des richesses eventuellement produites ailleurs…

Il y a donc un paradoxe, des régions riches qui accumulent les problèmes sociaux, des régions à priori défavorisées, mais où il fait bon vivre.

L’auteur propose donc de décrire cette nouvelle géographie économique de la France et au passage s’interroge sur l’efficacité de la décentralisation.

Chapitre premier : Les métamorphoses du territoire.

Pour montrer l’inefficacité de la mesure de la richesse par celle du pib par hab, l’auteur compare la situation de l’Irlande et celle de la France. Le pib par hab de l’Irlande est désormais supérieur à celui de la France, pourtant chaque Français est plus riche qu’un Irlandais car une partie importante de la richesse produite en Irlande est distribuée ailleurs sous formes de dividendes rémunérant les investissements dans l’île.

Plus généralement, les disparités de pib entre régions se creusent, mais les disparités de revenus, d’emplois, de peuplement tendent à se réduire.

Un fort retournement des dynamiques économiques territoriales dans la plupart des pays industrialisés dans les années 80.

  • Depuis le milieu du XX° siècle, on assistait à un étalement de la production entre les villes et les régions.

  • À partir de 1980, le mécanisme s’inverse. La mondialisation détruit les activités industrielles obsolètes et concentre les nouvelles activités compétitives dans les régions les plus riches en particulier l’île de france. Son poids économique qui n’avait cessé de diminuer, recommence à croître, alors que beaucoup de régions cessent de rattraper leur retard.

  • De nombreux chercheurs et acteurs politiques pensent que cette évolution entraîne un creusement des écarts en termes de revenus, de pauvreté. Il n’en est rien.

  • En 1976, l’île de france produit 27% du pib, ses ménages disposent de 25 % du revenu des Français. Aujourd’hui elle produit 29 % du pib, mais ne dispose que de 22 % des revenus.

  • En dépit des boulversements continus de l’appareil productif, on observe une réduction régulière des inégalités entre territoires. Cette affirmation a du mal à être entendue parce qu’elle contredit notre expérience quotidienne d’une croissance des inégalités sociales. Mais si cette croissance est réelle à l’échelle des différents quartiers de nos agglomérations, elle devient fausse à l’échelle des régions, des départements et des villes.

(à suivre)

Publicités

Site histoire-géographie: Mode d’emploi.

Pour accéder aux fiches des cours et aux documents mis en ligne, cliquez sur la page correspondant à votre classe.
Pour retrouver des informations sur un thème, consultez la page Archives ou le nuage de tags.

Entrez votre adresse e-mail pour souscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par email.

Rejoignez 13 autres abonnés

Archives

Catégories

Publicités