Posts Tagged 'Colonisation'

Génocide au Congo

http://www.dailymotion.com/video/xbzg2z_le-genocide-de-leopold-ii-roi-des-b_news (ci-dessus)

http://www.dailymotion.com/video/xbzgws_le-genocide-de-leopold-ii-roi-des-b_news

http://www.dailymotion.com/video/xbzhhz_le-genocide-de-leopold-ii-roi-des-b_news

http://www.dailymotion.com/video/xbzibx_le-genocide-de-leopold-ii-roi-des-b_news

http://www.dailymotion.com/video/xbzj5m_le-genocide-de-leopold-ii-roi-des-b_news

http://www.dailymotion.com/video/xbzjqf_le-genocide-de-leopold-ii-roi-des-b_news

Dicours du roi Leopold II à l’arrivée des prêtres au Congo

Fiche du cours de Première: Le temps de la domination coloniale.

H4 Le temps de la domination coloniale.

Enterrement de première classe… pour les études postcoloniales (3).

debat_154Lire au préalable Enterrement de première classe… pour les études postcoloniales (1) et (2)
l’exercice de la domination ne passe pas seulement par les institutions disciplinaires (plantation, prison,travail forcé, conscription, châtiments corporels, torture), elle passe également par la négociation d’une série de compromis, une fraternisation (l’auteur évoque une véritable fraternisation médicale entre blancs et noirs).
La catégorie de race, elle même, fondement de la domination coloniale est l’objet d’alliance entre blancs et groupes sociaux indigènes (les Maures en Sénégambie et Mauritanie par exemple).
Pour l’auteur, « La révolution copernicienne qu’entendaient incarner les postcolonial studies est encore devant nous. Si l’on veut comprendre l’historicité propre des sociétés en s’émancipant de l' »historicité propre des sociétés, en s’émancipant de « l’historicisme » de l’épistémé occidentale -et jamais cette tâche n’a été aussi impérative – il faut d’abord libérer nos problématiques de l’interaction coloniale dans laquelle elle persistent à consigner ces sociétés. La colonisation a été un moment de « connexion », violent, inique et traumatique. Pour autant elle n’a pas annulé l’économie morale et politique des sociétés qu’elle se soumettait, ni ne l’a totalement absorbée. »
En fin d’article, il affirme: « Dès lors que le moment colonial est historique, il habite la conscience de ceux qui lui ont survécu ou sont nés après qu’il se soit évanoui, mais le rapport que ceux-ci et ceux-là entretiennent avec lui est de l’ordre de l’énonciation, non de la détermination. C’est être captif de l »historicisme » que l’on dénonce que d’affirmer l’appartenance des postcoloniaux à la colonie, au lieu de voir dans sa représentation de la colonie l’effet de son appropriation polémique par les postcoloniaux. En France, les « indigènes de la République », inventent la colonie de leurs cauchemars, et aussi de leurs rêves, c’est à dire de leur combat contre l’exclusion, l’injustice sociale, le racisme ordinaire… le mythe de la colonie sera aux banlieues ce que celui des Cathares a été au Midi: Une invention politique de la tradition, historiquement inepte. Et le danger pour les études postcoloniales, est de devenir un « alterconservatisme », persistant à consigner les indigènes dans une condition coloniale fantasmatique, quand Aimé Césaire en appelait au « droit à l’histoire » plutôt qu’au « devoir de mémoire ». Le rôle ingrat des sciences sociales  » conclut-il « est de nous le rappeler ».

La Revue le débat, publiée par les éditions Gallimard, est disponible en librairie (17€) ou sur abonnement.

Jean-François Bayart est Directeur de recherche au CNRS et l’auteur de

  • L’illusion identitaire, 1996.
  • Le gouvernement du monde. Une critique politique de la globalisation, 2004.
  • Il publiera cette année Hégémonies d’empire (en collaboration avec Romain Bertrand) : combinatoires et transactions hégémoniques impériales.

Enterrement de première classe … pour les études postcoloniales (1).

hdenterrement-ornans-1849

Jean-François Bayart, En finir avec les études postcoloniales, Le débat n° 154, Mars-avril 2009.

Soulignant la vogue récente des termes « postcolonial et post-colonialité », l’auteur propose de les définir en suivant Akhil Gupta:

  • Postcolonial pour désigner « ce qui vient chronologiquement après la colonisation ».
  • Post-colonial pour « penser le postcolonial comme tout ce qui procède du fait colonial, sans distinction de temporalité ».

Plus globalement, on peut définir le post-colonial comme « une situation qui est celle de fait de tous les contemporains » c’est dans ce sens qu’en France, on s’est attaché à décrire un « héritage colonial » qui expliquerait la « fracture sociale » en postulant une continuité sous-jacente aux représentations et aux comportements depuis l’époque coloniale, jusqu’à aujourd’hui.

On peut dès lors parler pour ces auteurs de « l’universalisme prétendu » de la révolution et de la République et aller jusqu’à affirmer un lien avec l’Allemagne nazie et Vichy. Parallèlement, les enfants et petits enfants d’immigrés sont réduits à un statut d' »indigènes de la République », dont la trajectoire sociale s’expliquerait par la situation de colonisés de leurs parents ou grands parents.
Lire la suite ‘Enterrement de première classe … pour les études postcoloniales (1).’


Site histoire-géographie: Mode d’emploi.

Pour accéder aux fiches des cours et aux documents mis en ligne, cliquez sur la page correspondant à votre classe.
Pour retrouver des informations sur un thème, consultez la page Archives ou le nuage de tags.

Entrez votre adresse e-mail pour souscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par email.

Rejoignez 13 autres abonnés

Archives

Catégories