Posts Tagged 'Europe'



Tony Judt, Postwar, a history of Europe since 1945, 2007, Pimilco.

postwars.jpg

Une superbe histoire de l’Europe depuis la fin de la seconde guerre mondiale par Le professeur Tony Judt, né en 1948, ayant fait ses études à Cambridge et à l’Ecole normale supérieure à Paris. Il a enseigné à Cambridge, Oxford, Berkeley et à l’université de New York , où il occupe actuelement la chaire de « Professor of European Studies » et de « Director of the Remarque Institute », qu’il a fondé en 1995. C’est un contributeur régulier de la The New York Review of Books, ou j’ai découvert son esprit vif et d’une rare intelligence.

Tony Judt nous offre une histoire très complète du continent basé sur sa maitrise de 6 langues européennes et sur des recherches et des sources de 34 pays différents.

Tony Judt utilise ses 40 années de recherche sur le sujet pour proposer cette synthèse très complète de près de 10000 pages. Il évoque les relations internationales, la politique intérieure l’histoire des idées, les changements sociaux, économiques, culturels. La guerre froide occupe bien sur une place centrale dans son récit.

Publicités

L'histoire n°346, octobre 2009.

histoire346Ce n° de l’histoire est très riche pour qui veut préparer le bac à donf. Un dossier revient sur l’histoire du mur de Berlin, mais aussi sur celle de la RDA et sur la réunification allemande et les inquiétudes qu’elle a pu susciter, en France en particulier (Un article de Marion Gaillard rend justice à Mitterrand sur certains aspects de sa politique étrangère à cette époque). Le dossier s’achève sur une table ronde portant sur l’Europe de l’est et l’Union Européenne. L’absence presque totale de contradiction entre les différents intervenants rend ce type de débat consensuel particulièrement inintéressant. S’y ajoutent des commentaire tout aussi tendancieux, par exemple cette légende d’une publicité mettant en scène le désormais incontournable plombier polonais: « … symbole de la main d’œuvre bon marché des pays de l’est qui menacerait les emplois de l’ouest. A cette agression xénophobe, l’office du tourisme polonais a répliqué avec humour ». Rappelons que le thème du plombier polonais fut lancé par M. Frits Bolkestein, commissaire européen, qui s’efforçait dans une directive services portant son nom de favoriser l’expatriation de travailleurs dans d’autres pays de l’UE aux conditions du pays d’origine, ce qui valut à cette directive un rejet par le parlement européen. Une revue comme l’histoire s’honorerait en adoptant une approche plus neutre de la question européenne…

Lectures: Après guerre de Tony Judt.

apres_guerre.jpgTony Judt, Après guerre, une histoire de l’Europe depuis 1945, Armand Colin, 2007, 35€

Enfin (mal) traduite de l’anglais, l’histoire de l’Europe depuis 1945 de T. Judt est un ouvrage très complet sur l’évolution de l’Europe depuis la fin de la seconde guerre mondiale. On peut consulter un bref compte-rendu sur le site des Clionautes. Tony Judt, termine son livre par la page ci-dessous, qui résonne étrangement, au moment où l’Italie est secouée par une vague d’actes racistes dirigés contre les Roms, originaires de Roumanie, qui émigrent en grand nombre (100 000 depuis le début de l’année) en Italie :

« Cent soixante-dix ans auparavant, à l’aube de l’ère nationaliste, le poète allemand Heinrich Heine avait tracé une distinction révélatrice entre deux sortes de sentiment collectif :« On nous ordonna le patriotisme et nous devînmes patriotes, car nous faisons tout ce que nous ordonnent nos princes. Mais qu’on ne s’imagine pas sous ce patriotisme la même chose qu’ici en France. Le patriotisme du Français consiste en ceci que son coeur s’échauffe, s’emplit de cette chaleur et grandit au point que son amour s’étend non plus seulement à ses proches, mais à toute la France, à tout le pays de la Civilisation. Le patriotisme de l’Allemand, à l’inverse consiste en ceci que son coeur se rétrécit, se racornit comme cuir dans le froid, qu’il hait l’étranger à son pays, qu’il n’est plus citoyen du monde, plus européen, mais seulement un Tudesque borgne ».

La France et l’Allemagne, bien entendu, n’étaient plus les références critiques. Mais le choix que posaient les deux sortes de patriotisme de Heine se rapporte très directement à la situation contemporaine de l’Europe. Si l’Europe émergeante devait prendre un tour « germanique », « se racornir comme cuir dans le froid » pour camper sur un provincialisme défensif — éventualité suggérée par les référendums français et néerlandais du printemps 2005, où des majorités claires rejetèrent le projet de « Constitution » européenne —. l’occasion serait manquée et jamais l’Union européenne ne dépasserait ses fonctions initiales. Elle ne resterait que la somme et le plus grand dénominateur commun des intérêts égoïstes de ses membres.En revanche, si le patriotisme de l’Europe pouvait trouver un moyen de se dépasser, de saisir l’esprit de la France idéalisée de Heine, pour « s’étendre non plus seulement à ses proches, mais […] à tout le pays de la Civilisation », alors quelque chose de plus serait désormais possible. Le xx° siècle — le siècle de l’Amérique — avait vu l’Europe sombrer dans l’abîme. Le redressement du vieux continent avait été un processus lent et incertain. À certains égards, il ne sera jamais terminé : l’Amérique avait la plus grande armée du monde et la Chine produisait plus, et moins cher. Mais ni l’Amérique ni la Chine n’avait de modèle utile à donner en exemple au monde. Malgré les horreurs de leur passé récent — et dans une large mesure à cause d’elles —, les Européens étaient désormais mieux à même que quiconque d’offrir au monde de modestes conseils sur la façon d’éviter de répéter leurs erreurs. Peu l’eussent prédit soixante ans plus tôt, mais le xxi° siècle pourrait bien appartenir encore à l’Europe. »

Européennes: On peut toujours trouver le temps de voter

Le clip de promotion réalisé par le Parlement européen pour encourager les citoyens de l’UE à se rendre aux urnes entre le 4 et le 7 juin, n’a pas eu l’effet désiré en Belgique, plus précisément en Flandre… ou l’humour semble peu répandu.

SOURCE: http://les27.blog.lemonde.fr/2009/05/20/le-parlement-donne-de-mauvais-frissons-aux-flamands/#xtor=RSS-3208


Site histoire-géographie: Mode d’emploi.

Pour accéder aux fiches des cours et aux documents mis en ligne, cliquez sur la page correspondant à votre classe.
Pour retrouver des informations sur un thème, consultez la page Archives ou le nuage de tags.

Entrez votre adresse e-mail pour souscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par email.

Rejoignez 13 autres abonnés

Archives

Catégories

Publicités