Posts Tagged 'ECJS'

Quand les bornes sont franchies, il n'y a plus de limites.

Une mère de famille sera entendue (en juin 2009) par la police judiciaire pour avoir laissé (en octobre 2007 !!!) un commentaire sur une vidéo de Nadine Morano. La Brigade de répression de la délinquance contre la personne a exigé de YouTube et Dailymotion « en urgence la date, l’heure et les adresses IP utilisées et tout élément d’identification » Selon Sud-Ouest, « une quinzaine d’internautes seraient visés par la même procédure. En attendant, depuis hier, les commentaires pleuvent à la suite du « Hou, la menteuse ».

Publicités

Innocenté un jour… mais mort pour toujours.

innocent mais mortCondamné en 1992, exécuté en 2004, innocenté en 2009…

L’article du New York Times

L’article du Monde (pendant quelques jours, puis au CDI dans le n° du Mardi 8 septembre 2009)

Fermer les écoles à la rentrée?

Malaysia Swine Flu

Désinfection d'une classe en Malaysie

Le débat fait rage en France, mais aussi en Grande-Bretagne. Avantage: faire baisser considérablement le taux de contamination chez les jeunes (catégorie la plus touchée) et par voie de conséquence dans l’ensemble de la population. Il faut imaginer que les établissements scolaires seront chaque jour un gigantesque lieu de brassage entre personnes atteinte (sans symptômes pendant plusieurs jours et personnes saines). Là ou cette mesure a été adoptée, pendant l’épidémie de grippe espagnole, la mortalité a fortement baissée:  » Selon des épidémiologistes américains et australiens, la fermeture des écoles (associée à celle des églises) pendant la grippe espagnole de 1918 dans certaines villes aurait contribué à baisser le taux de mortalité de 10 à 30 % ». Contre, les effets négatifs sur l’économie et le système de santé lié aux soucis de garde des parents. Pour l’instant, le gouvernement a tranché en ne tranchant pas: On ferme à partir de trois élèves atteints par classe. Pourquoi Trois et quid du professeur de la classe contaminée qui continue de faire cours à ses autres classes? ? ?

Deux remarques: les personnels médicaux, en première ligne pour la contamination, vont envoyer leurs enfants dans les établissements scolaires?! Une de mes élèves, dont la mère était infirmière avait évoqué la possibilité d’un confinement du personnel médical dans les établissements de soin( il est vrai qu’on envisageait alors une épidémie beaucoup plus dangereuse).

Seconde remarque: ne peut on au moins libérer lycéens et collégiens, capables de se surveiller eux-mêmes et qui resterons de toute façon rivés sur France-Culture et Arte pour suivre les cours pré-enregistrés…

Les éléments du débat dans cet article du Figaro (décidément, Le Figaro, Arte, France-Culture… Nos jeunes vont changer radicalement!

La diversité: une sorte de " gauchisme des classes supérieures "

le_mondeSelon Le Monde: « Le paradoxe est flagrant : au moment même où l’élection du métis Barack Obama fait entrevoir l’avènement d’une Amérique postraciale, la France républicaine découvre avec quelques décennies de retard les vertus de la  » diversité « .

A rebours d’une Amérique qui s’interroge sur la validité des catégories raciales, l’Hexagone est tenté par la rhétorique identitaire, voire les statistiques  » ethniques « . Avec l’art délectable de l’autodérision que les Américains savent parfois manier, Walter Benn Michaels, professeur de littérature à l’université de l’Illinois à Chicago, signe un pamphlet décapant. Ce petit livre nous met en garde contre l’adoption d’un modèle qui, séduisant en apparence, porterait en lui la destruction d’une valeur centrale : l’égalité.

Même en France, la question n’est pas nouvelle. Le débat entre  » droit à la différence  » et  » droit à l’indifférence  » a divisé la gauche comme la droite depuis plus de vingt ans. La querelle à propos du  » foulard islamique  » en a été le paroxysme.

Mais aujourd’hui un certain consensus semble s’être opéré autour de la notion floue de  » diversité « . Michaels nous alerte :  » La « diversité » n’est pas un moyen d’instaurer l’égalité, mais une méthode de gestion de l’inégalité. «  D’ailleurs,  » une France où un plus grand nombre de Noirs seraient riches ne serait pas économiquement plus égalitaire « .

Alors que les idées de  » respect des identités «  et de  » diversité «  font, en France, surtout l’objet des critiques de la droite et de l’extrême droite, prompte à ridiculiser le ralliement de Nicolas Sarkozy au politiquement correct de gauche, c’est à une virulente charge de gauche que se livre l’universitaire américain.

Pour lui, les inégalités sociales  » résultent du capitalisme et du libéralisme économique et non du racisme et du sexisme « .

Nouvel opium du peuple, la dévotion pour la  » diversité  » permettrait d’évacuer la question sociale et faciliterait la soumission à l’ordre inégalitaire établi. Masquant les différences de classe, elle constituerait un piège pour une gauche en mal de valeurs spécifiques. A l’appui de sa démonstration, il souligne que le succès de la  » diversité «  aux Etats-unis a coïncidé avec une augmentation vertigineuse des inégalités de richesse depuis les années 1980.

L’avertissement est d’autant plus crédible qu’il provient d’un Américain, qui plus est membre éminent de l’université, lieu emblématique de l’ » affirmative action «  destinée à promouvoir la diversité raciale. Les pages dans lesquelles Michaels raille la bonne conscience que donne aux fils de famille la présence de quelques Noirs dans les universités prestigieuses au coût exorbitant figurent parmi les plus savoureuses d’un ouvrage truffé de références puisées aussi bien dans la littérature que dans la vie quotidienne.

Ainsi, la diversité serait une sorte de  » gauchisme des classes supérieures « , un moyen pour les riches de faire oublier leurs privilèges et de se libérer de toute culpabilité. La religion du  » respect «  des pauvres transfigurés en personnes  » différentes «  ou perçues à travers la couleur de leur peau justifierait le maintien du statu quo social.  » Tant que les affrontements concernent l’identité plutôt que la richesse, peu importe qui les gagne. «  Quant à la notion de  » race « , anéantie par la biologie, elle est réhabilitée sous le couvert, là encore, de respect des identités. Michaels mitraille méthodiquement les piliers du politiquement correct américain.  » Exprimer ses regrets pour l’esclavage, le colonialisme, la Shoah, manifester son respect pour les gens (…), assène-t-il, revient bien moins cher que leur verser un salaire décent.  »

Extrait d’une critique publiée par le Monde (Dimanche-lundi 14 et 15 mars) Lire la suite au CDI, sur Internet, en kiosque ou par abonnement (16€ par mois pour les lycéens!)


Site histoire-géographie: Mode d’emploi.

Pour accéder aux fiches des cours et aux documents mis en ligne, cliquez sur la page correspondant à votre classe.
Pour retrouver des informations sur un thème, consultez la page Archives ou le nuage de tags.

Entrez votre adresse e-mail pour souscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par email.

Rejoignez 13 autres abonnés

Archives

Catégories